<!--:fr-->Nordine Kaibi: « TOUJOURS PLUS »<!--:-->

Nordine Kaibi: « Mon plus grand rêve est de danser aux cotés de grandes célébrités » Je m’appelle Nordine Kaibi, J’ai 19 ans, je suis né le 17 août 1995. Je suis Tunisien originaire de Saint-Étienne (Lorette 42). J’ai eu mon Bac professionnel Maintenance et Équipements Industriels, j’ai ensuite travaillé et effectué beaucoup de stages pendant ma ..

Summary 5.0 great
Summary rating from 4 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Accept
Summary 4.8 great

Nordine Kaibi: « TOUJOURS PLUS »


Nordine Kaibi: « Mon plus grand rêve est de danser aux cotés de grandes célébrités »

Je m’appelle Nordine Kaibi, J’ai 19 ans, je suis né le 17 août 1995.
Je suis Tunisien originaire de Saint-Étienne (Lorette 42).
J’ai eu mon Bac professionnel Maintenance et Équipements Industriels, j’ai ensuite travaillé et effectué beaucoup de stages pendant ma période de formation, du coup j’ai pu mettre mon argent de côté pour réaliser mon rêve qui est de vivre de ma passion: la danse plus précisément de danser avec des stars.

Le déclic

Je fais parti de ces genres de garçons qui n’ont jamais osé danser pendant les fêtes ou les mariages, jusqu’au jour de la fête de la musique de la ville de Lorette où j’habitais, il y avait des shows de danse hip-hop, c’est ce jour là que j’ai découvert les mots popping, locking, smurf, breaking
Dès que j’ai posé mon regard sur ces jeunes, des étoiles se sont mises à briller dans mes yeux… C’était tout simplement magnifique de les voir en action, comment un simple mouvement pouvait provoquer une aussi belle réaction du corps et au fur et à mesure que le show se déroulait je me suis dit « pourquoi pas moi? »
Ma première réaction a été de me connecter sur « Youtube » en tapant ces termes anglophones, breakdance, b-boy, smurfing… Je suis tombé sur toutes les vidéos de tutos possibles, j’apprenais et je reproduisais immédiatement les figures, j’essayais de créer mon propre style… La danse est devenue ma vie.

Ses projets et son rêve

Mon projet à long terme serait de tout simplement vivre de la danse, faire des prestations, participer à des compétitions, des battles, et ouvrir mon école de danse pour pouvoir donner des cours, transmettre tout ce que j’ai appris à d’autres passionnés.
Mon plus grand rêve est de danser aux cotés de grandes célébrités en voyageant à travers le monde, prendre part à des shows, ou travailler avec des chorégraphes comme Nick De Moura, Shau Everisto et B-boy Neguin qui m’inspire beaucoup.

« J’aimerai tout simplement danser et ne jamais m’arrêter. »

Aujourd’hui si j’en suis là c’est grâce à mes parents car sans eux je n’aurai jamais eu la chance de faire ce que je fais en ce moment, pour eux, comme pour beaucoup de parents, la scolarité est plus importante que tout le reste, et c’est ce qui m’a poussé à travailler pour avoir mon BAC, pour enfin pouvoir me consacrer à ma passion.
Pour moi, il n’y a pas de secrets, si je veux arriver à vivre de ma passion, je dois travailler et m’entraîner durement avec comme seul mot d’ordre: MOTIVATION. On a rien sans rien, si on veut vraiment quelque chose un peut l’avoir.

« On a rien sans rien, si on veut vraiment quelque chose on peut l’avoir. »

Alors je m’entraîne touts les soirs après mes cours et souvent les weekends, je ne comptais jamais les heures, je prenais peut-être une journée de repos dans la semaine pour souffler. Je suis monté sur Paris pour pousser ma danse et être plus fort! J’ai dû sacrifier une petite partie de ma vie quotidienne, j’ai dû laisser mes proches qui me manquent chaque jour ce qui est assez dur pour moi car la famille, les amis c’est ce qu’il y a de plus important.
J’ai quitté ma famille pour Paris y faire ce que j’aime et après 1 mois je commence à m’adapter et à me faire des amis petit à petit.
Aujourd’hui je suis à L’AID (Academie International de la Danse) où j’ai découvert beaucoup de choses sur la danse, comme le modern’jazz, la danse classique ou le contemporain des styles que j’apprécis beaucoup, c’est pour cela que j’aime la danse car on peut s’exprimer librement, on peut laisser parler son corps et en apprendre un peu plus touts les jours.
Je m’entraîne avec des amis au 104 un genre de centre de formation ouvert libre et gratuit pour touts les artistes amateurs, c’est un superbe endroit où on peut rencontrer des personnes de différents horizons et qui apportent leur propre style, je m’entraîne un peu à la Défense et dehors dans la rue ou chez moi.
Aujourd’hui si une personne me disait que je ne pourrais pas y arriver je ne répondrai tout simplement pas. Je laisserais parler cette personne comme si elle s’adressait à un mur, je préfère éviter ces personnes car elles m’empêchent d’avancer. Je fais ce que j’ai a faire, je pousse mes limites jours après jours, et personne ne pourra m’arrêter dans la poursuite de mon rêve.
J’ai toujours été motivé et quelques fois apparaît l’absence de motivation, mais j’ai toujours ces deux petits mots qui me remettent sur la bonne voie: « TOUJOURS PLUS », c’est ma phrase de motivation que je me répète pour le moral ou quand je suis déconcentré, ça me donne envie d’aller encore plus haut: « Quand tu voudras réussir autant que tu veux respirer , c’est à ce moment là que tu réussiras ». Toujours allez PLUS loin, il faut savoir dépasser ses limites.

La compétition: une bonne expérience

J’ai fait une competition qui est L’UDO european championship 2014 (les championnats d’Europe de street dance qui s’est passé en Allemagne, Kalkar), j’ai fait les championnats solo dans la catégorie avancée 18ans.
Je n’avais jamais fait de battle dans ma carrière je me suis donc dit pourquoi pas tenter et éssayer pour le fun, ce qui m’a valu une place de cinquième au championnat d’europe en catégorie avancée je n’ai pas été déçu, le plus important ce n’est pas de gagner mais de marquer le coup, j’ai eu de très bon retours de la part du jury. Ce qui m’a fait du bien ce n’était pas d’arriver cinquième, le classement ne veut rien dire dans ce genre de compétition, pendant que je dansais, j’avais l’impression que le public appréciait ce que je faisais et c’est ce que je voulais ramener chez moi. Une coupe une bonne prestation, de bons retours, ma famille fière de moi, que demander de plus?

À suivre…

Pour la suite je n’ai pas vraiment de projets je souhaite continuer à m’entraîner et progresser encore plus, je danse actuellement pour Disney channel, il s’agit d’un grand spectacle organisé et chorégraphié par Kamal Ouali, nos coachs sont Philémon (chorégraphe du célèbre CREW THE ROOKIES) et Gaëlle Lalanne (danseuse de Amel Bent).
C’est encore pour moi une très grosse expérience et de belles rencontres.

Que peut on te souhaiter pour la suite?

Le plus important est de se défaire de l’uniformité, soyez vous même, et surtout kiffez: souhaitez moi de continuer à kiffer ma passion est de réussir mes projets!

Laisser un commentaire