<!--:fr-->Jonathan Dumont nous raconte son « PARKOUR ».<!--:-->

« Pour que ça marche il faut y croire et s’accrocher à ses rêves. Il n’y a pas de mystère, il faut le vouloir et le vouloir plus fort que la personne à côté de toi. » Présentation Je m’appelle Jonathan DUMONT, j’ai 18 ans (né le 20 décembre 1995). Je suis originaire de LYON(69), et je ..

Summary 5.0 great
Summary rating from 1 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Accept
Summary 5.0 great

Jonathan Dumont nous raconte son « PARKOUR ».

« Pour que ça marche il faut y croire et s’accrocher à ses rêves. Il n’y a pas de mystère, il faut le vouloir et le vouloir plus fort que la personne à côté de toi. »

Présentation

Je m’appelle Jonathan DUMONT, j’ai 18 ans (né le 20 décembre 1995). Je suis originaire de LYON(69), et je viens tout juste d’arriver sur PARIS, plus exactement à Malakoff.
Dans la vie je suis artiste/athlète, traceur Freerunner (pratiquant du Parkour et Freerun: ma passion), je suis de manière résumée un acrobate de rue. Cependant je me diversifie dans d’autres domaines comme modèle photos (Extérieur ou en studio), photographe et vidéaste à mes heures perdues. J’ai donc fais toutes sortes de spectacles, démonstrations, festivals, tournages.

Comment as tu découvert cette passion?

Quand j’étais enfant, j’avais déjà mon petit côté casse-cou à grimper de partout avec un ami, Jeson Gallet. Plus tard tout en continuant à bouger et escalader tout ce qu’on voyait, on a vu le film « YAMAKASI », et de fil en aiguille nous sommes remontés jusqu’à la pratique, l’essence même de tout ça, le PARKOUR ; en comprenant bien que Les Yamakasi sont un groupe qui pratique le PARKOUR, au même titre que Le PSG est une équipe de foot. Dès lors je me suis dévoué corps et âme à ma passion.
Je suis une personne polyvalente dans mon domaine, je peux aussi bien l’enseigner que le pratiquer et suis très impliqué dans le domaine de l’événementiel; workshop, shooting, vidéo, reportage, clip…

Que souhaites tu faire plus tard?

Plus tard, je ne sais pas encore, je veux avant tout perdurer dans ma pratique. Pour en vivre, il faut que je me médiatise plus dans les médias parisiens puisque maintenant j’y habite, pour touts sortes d’événements, reportages, télés, plateaux, émissions… mais aussi pour faire connaître au publique notre pratique encore trop méconnue!

Où pratiques tu?

Dans la généralité, je suis à Paris donc je dirais pratiquer à Paris, Je suis à Lyon, je bouge à Lyon, je suis en Thaïlande je bouge en thaïlande… Ce n’est pas très dur à cerner: partout. Tout est prétexte à bouger, un banc, une barrière, un mur, un bâtiment…
Dans notre pratique on s’adapte à notre environnement en nous fondant dans toutes les situations. Mais on a aussi l’imagination qui nous suit, la libre expression de ce qu’il y a dans ma tête à travers mon corps et en faire ce que je veux où je veux.

Avec qui pratiques-tu?

Je pratique avec mes amis, mais aussi avec ma team : la French Freerun Family qui m’a « recruté » il y a 8 mois. La French Freerun Family est une team internationale d’artistes et athlètes professionnels dans le domaine.

Mon entrainement est rigoureux, je me fixe des objectifs jusqu’à les atteindre à la date choisie pour évoluer. Après il varie selon le milieux où je me situe.

As-tu fait des compétitions?

Je suis pas un compétiteur, je ne suis pas dans le « délire » de la compétition contrairement à un membre de ma team Yoann Leroux (ZEPHYR) qui est un des champions du monde de FREERUN aux RED BULL ART OF MOTION, ou même Simon NOGUIERA qui est le Champion de France 2013 de freerun aux Xtreme Gravity.

Si une personne te dit que tu ne pourras pas y arriver que lui dirais tu?

Aujourd’hui si quelqu’un me dis que je n’y arriverais pas, je lui dirais que j’y arrive déjà à 18 ans, même si ce n’est pas tous les jours facile! Et pour que ça marche il faut y croire et s’accrocher à ses rêves. Il n’y a pas de mystère, il faut le vouloir et le vouloir plus fort que la personne à côté de toi.

As-tu une phrase de motivation?

J’en ai plusieurs qui tournent autour de la même chose; «tu sais ce que tu veux, tu sais ce que tu
fais, vas- y, tu auras ce que tu veux».

Que peut-on te souhaiter pour la suite?

De perdurer dans mon domaine et que mon travail dans celui-ci se multiplie!


Related posts

MOTIVATION: Je veux le corps de HULK pour 2016!

MOTIVATION: Je veux le corps de HULK pour 2016!

Bientôt la fin de 2015 et donc une nouvelle année qui commence, qui dit nouvelle année dit souvent nouvelles résolutions, et dans ces résolutions j'entends souvent des phrases comme "je me mets au sport" ou "Je veux le corps de Hulk"... Si pour 2015 vous avez foiré cet objectif de bogosse ( même...

Kyliann Bonnet: Le Taekwondo de Lyon à L’INSEP

Kyliann Bonnet: Le Taekwondo de Lyon à L'INSEP

J'ai souvent entendu des phrases anti-jeunes: "Les jeunes ne sont plus que des bon à rien", ou comme dans le fameux clip anti-jeunes des Enfoirés: "Toute la vie" qui tente de se faire passer pour des réactionnaires donneurs de leçons à des jeunes qui d'après eux, ne "bougent" pas assez,  fument...

Emilie se met au fitness

Emilie se met au fitness

Qu'est ce que j'aime cette saison que vous, humains appelez "été", en effet sur notre planète rouge il fait une température moyenne de -65°C toute l'année... C'est pour quoi nous adorons la saison estivale, c'est comme une nouvelle année qui débute puisque de nouvelles résolutions naissent et en...

Laisser un commentaire