<!--:fr-->Art: Noon, peintre artiste talentueuse raconte son parcours et ses projets.<!--:-->

« Abandonner maintenant donnerait raison à toutes ces personnes qui ne m’en croyaient pas capable » Présentation Je m’appelle Noon, je suis née le 02/11/1988, à Mantes-La-Jolie. J’habite à Amboise en Indre et Loire. Je suis actuellement serveuse les midis 6 jours/7, et je profite de mes après-midis et soirées pour travailler sur mes dessins. Je souhaite ..

Summary 5.0 great
Summary rating from 2 user's marks. You can set own marks for this article - just click on stars above and press "Accept".
Accept
Summary 5.0 great

Art: Noon, peintre artiste talentueuse raconte son parcours et ses projets.


« Abandonner maintenant donnerait raison à toutes ces personnes qui ne m’en croyaient pas capable »

Présentation

Je m’appelle Noon, je suis née le 02/11/1988, à Mantes-La-Jolie. J’habite à Amboise en Indre et Loire. Je suis actuellement serveuse les midis 6 jours/7, et je profite de mes après-midis et soirées pour travailler sur mes dessins. Je souhaite être illustratrice, auteur, et continuer mes travaux de peinture et d’affichage. J’aimerai trouver une maison d’édition qui publierait mes livres (livres pour enfant et adulte) et je suis prête, si j’y arrive, à les éditer et publier moi même.

Racontes nous ton histoire

Je dessine depuis que j’ai l’âge de tenir un crayon, et quand j’étais petite à la question « que voudrais-tu faire plus tard? » je répondais avec conviction : « je serais dessinatrice de bandes dessinées! » Mais quand on a ce genre de rêve il y a toujours des gens pour se mettre sur votre route, à commencer par mes parents, qui pensaient me protéger en essayant de me décourager, en me disant que ce n’était pas un métier, du moins pas un métier qui me permettrait de vivre. Après deux secondes générales assez chaotiques au lycée, je me suis lancée dans l’hôtellerie-restauration, un apprentissage de deux ans qui ne me laissait aucun répit, 50 heures par semaine, 4 semaines de congé en deux ans, stresse, asthme, eczéma… mais j’étais une des meilleures élèves de ma promotion, j’ai eu mon diplôme et j’ai même été acceptée dans une grande école à Valence pour être formée en temps que barmaid. Une école qui fonctionnait elle aussi sur le principe de l’apprentissage, mon employeur désigné était le parc Disneyland de Marne-La-Vallée… autant dire que pour moi c’était une douce vision de l’enfer… J’y suis quand même allée parce que je ne voulais par « rater ma vie ». Arrivée 9h nous étions un petit groupe d’apprentis à arriver dans cet enfer. Ils nous ont présenté les contrats à 10h, à 10h15 je me sentais seule devant une feuille de papier qui me donnait l’impression de signer mon arrêt de mort, 10H30. Basta ! J’ai décidé de vivre, j’ai ramassé mon intégrité et ma dignité et je suis partie sans me retourner. Quelques jours après je postulais pour entrés dans une école privée de communication visuelle à Lyon, une mise à niveau en arts appliquées. J’ai fait une année là-bas, je me sentais comme un poisson dans l’eau, j’étais une des meilleures élèves de ma promotion également et je passais tous mes temps libres à travailler sur les devoirs demandés. Mais il me faillait encore plus de libertés. C’est ainsi que je suis revenue sur Tours après avoir validé mon année. J’avais rien et j’étais obligée de retourner vivre chez mes parents (un mauvais départ pour plus de liberté…) J’ai travaillé quelques mois comme caissière et je peignais beaucoup dans mes temps libres, l’année suivante je suis allée postuler pour entrer en première année aux beaux arts de Tours, mais sans le Bac c’est difficile de faire des études supérieures, j’y suis allée au culot, et ça a payé ! J’ai fait trois ans là-bas, je n’ai pas trouvé la liberté que je désirais tant, mais j’avais du temps, de l’espace et du matériel pour produire mes travaux. Aux beaux arts les gens ne sont pas si ouverts d’esprit qu’on le croit, j’ai du me battre, faire face à des aberrations. J’ai eu ma licence et j’ai fuit avant de devenir comme eux…

Quels sont tes projets?

Dans toutes ces aventures j’ai eu la chance d’avoir une sœur qui m’a toujours soutenue, et avec qui j’ai déjà finalisé plusieurs projets de livres pour enfant. Aujourd’hui nous sommes en train d’écrire et illustrer notre troisième manuscrit, de mon côté je suis en train d’écrire une nouvelle que je vais illustrer et que je compte proposer à l’édition. J’aime travailler en duo, et quand je ne planche pas sur de nouveaux projets avec ma sœur, Mia, je le fais avec mon amie Le pti poulpe, une rouquine au cœur tendre qui ne manque pas d’imagination, ensemble nous avons déjà fait plusieurs séances d’affichages sauvages et nous espérons pouvoir réitérer l’expérience rapidement. J’ai la chance d’être entourée de personnes qui sont aussi ambitieuses que moi, c’est certainement le meilleur moyen de se motiver à en faire toujours plus. A ces personnes je leur dis un grand MERCI. Aux autres personnes, celles qui ne cesseront jamais d’essayer de me décourager je continuerai à leur répondre que la vie est notre bien le plus précieux, c’est une chose éphémère que nous devons chérir en restant intègre face aux caprices. Et s’ils ne m’écoutent pas, alors je leur dirai simplement d’aller se faire foutre.
Si il y a bien une chose que je n’aime pas, c’est refaire une chose que j’ai déjà faite, et je pense que c’est principalement pour cela que je travaille sur toutes sortes de supports avec des outils très différents. Je peux peindre et encoller des affiches à caractère ironique-révolutionnaire dans la rue un jour et commencer un livre pour enfant aux crayons de couleur le lendemain.
Je participe assez régulièrement à toutes sortes de concours, illustration, BD, édition jeunesse, graphisme, ça n’a pas encore été retenu mais je ne lâche pas l’affaire, ça peut être un moyen de faire de bonnes rencontres. Je propose aussi mes projets à des maisons d’édition (quand j’arrive à les joindre) il ne faut pas se voiler la face, ce milieu est assez fermé et marche principalement grâce aux pistons… Mais je ne me démonte pas pour autant, abandonner maintenant donnerait raison à toutes ces personnes qui ne m’en croyaient pas capable. Il faut toujours y croire, et dans les moments de doute il ne faut surtout pas oublier que si le verre est à moitié vide, c’est aussi qu’il est à moitié plein.

Quel est ton message à travers ton travail artistique?

Mon discours artistique est de manière assez générale orienté sur l’ironie et la satyre de la société dans laquelle nous vivons. Je prends un malin plaisir à utiliser les images et icônes populaires de notre société d’hyper-consommation, je les sors de leur contexte, les mixe entre elles, leur enlève le peu de crédibilité qu’elles ont à mes yeux et les dévoile dans leur rôle de simple pantin créé pour appuyer les discours vicieux des grandes firmes qui règnent sur le monde économique d’aujourd’hui. J’aime travailler sur différents supports, avec différentes techniques, la peinture, la gravure, le dessin, l’écriture etc… toutes ces choses que je crée me permettent de transformer ma rage contre un monde qui s’effondre en un humour d’une douce acidité. Et ces travaux ne vivent pas seulement dans leur finalité, mais dans un tout, la création est une sorte de purge qui me permet de garder du recul face à toutes ces choses de la vie qui nous happent. Une sorte de guerre où l’humour serait une arme pacifiste. Ce qui est compliqué pour moi ce n’est pas tant la création ou la finalisation de mes projets, mais de savoir comment ils seront compris et interprétés par d’autres regards, sans doute que certains ne comprennent pas, que d’autres trouvent ça simplement drôle, et peut-être, je l’espère, que certains ressentent cette douce acidité qui me pousse à faire ce que je fais.
De nouvelles images qui viennent s’accumuler à toutes les autres dont la société nous gave déjà jour après jour… mais pas seulement, dans mon travail comme dans celui de beaucoup d’artistes, il y a plus que ça, ce ne sont pas seulement de nouvelles images, ce sont des leurres, des sortes de taupes qui viennent mettre en perspective les dangers que représentent l’hyper-communication.

Related posts

Art doodle: voici Thomas Merceron, dessinateur de talent

Art doodle: voici Thomas Merceron, dessinateur de talent

"Mon rêve serait d'être Artiste, et de pouvoir en vivre, que mes dessins me fassent voyager de part le monde avec de grandes expositions, rencontrer du monde, faire parler de moi, ne dépendre plus que de moi et faire rêver les gens à mon tour!" Le célèbre réseau social fondé par Mark Zukenberg...

Le « Street Art » c’est de l’Art.

Le "Street Art" c'est de l'Art.

T'as sûrement dû une fois dans ta vie croiser sur ton chemin des fresques de graffeurs ou de tagueurs, mais le street art prend de plus en plus de place, des personnes en font même leur métier comme OAKOAK, un français originaire de Saint Étienne, qui expose son art pour "La toute première fois"...

<!--:fr-->Jordan Molina<!--:-->

Jordan Molina

Jordan Molina: "Je vise un manga" Qu'est ce que le "speed drawing"? En français, cela signifie dessin rapide ou dessiner rapidement, c'est en nous rendant sur la très célèbre plateforme de partage de vidéos Youtube que nous avons découvert pas mal de vidéos de dessins filmées et retravaillées à...

3 Comments

  1. WAAAAAW Staff November 24, 2014
    Répondre

    Continues ton art Noon! Encourageons la, elle est tellement talentueuse, il nous faut plus de personnes comme toi! Bon courage pour tes projets.

  2. une fan November 24, 2014
    Répondre

    ce que tu as écris est super ! On crois en toi depuis le début. Tu es très talentueuse continue <3 Marjo

  3. NoOn November 25, 2014
    Répondre

    Merci à WAAAAAAW de croire en nos rêves un peu fous! 🙂

Laisser un commentaire